• Roses et Muguets

    Dans le vallon qu'arrose

    L'eau courante, j'allais

    Un jour cueillir la rose,

    La rose et les muguets.

     

    Mon amoureux qui n'ose

    Rien me dire, y passait ;

    Moi je cueillais la rose,

    La rose et le muguet.

     

    " Oh vilain ! oh morose ! "

    Au nez je lui riais,

    Tout en cueillant la rose,

    La rose et les muguets.

     

    Sur l'herbe je me pose

    En jetant mon bouquet,

    Mon beau bouquet de rose,

    De rose et de muguet.

     

    " Dis-moi donc quelque chose !

    Les oiseaux sont plus gais

    Gazouillant à la rose,

    Becquetant les muguets.

     

    N'aye pas peur qu'on glose.

    Le lézard fait le guet

    Couché sur une rose,

    Caché dans le muguet. "

     

    Mais sur ma bouche close

    Son baiser me narguait.

    " Tes lèvres sont de rose

    Et tes dents de muguet. "

     

    Le méchant ! Il est cause

    (Moi qui tant me moquais !)

    Que dans l'eau court ma rose,

    Ma rose et mes muguets.

    Charles Cros


    24 commentaires
  • Le muguet

    Entend sonner sur le quai

    Les clochettes du muguet.

    C'est le train du printemps,

    Où montent les fleurs des champs,

    Que le muguet est si gai,

    Et qu'il sonne sur le quai.


    21 commentaires
  • Mon petit bouquet de fleurs

    C'est mon petit bouquet de fleurs

    Mon petit muguet, mon porte-bonheur

    Je l'ai cueilli pour la vie entière

    Et je veux le porter à ma boutonnière.

    Mon joli petit bouquet

    Avec des yeux comme deux grands bleuets

    Ce petit nom là lui va comme un gant

    Car en la regardant je crois au printemps.

    Georges Guétary


    12 commentaires
  • Des petites créations pour vous souhaiter à tous un joli mois de Mai.


    11 commentaires
  • Puisque mai tout en fleurs...

    Puisque mai tout en fleurs dans les prés nous réclame,

    Viens ! ne te lasse pas de mêler à ton âme

    La campagne, les bois, les ombrages charmants,

    Les larges clairs de lune au bord des flots dormants,

    Le sentier qui finit où le chemin commence,

    Et l'air et le printemps et l'horizon immense,

    L'horizon que ce monde attache humble et joyeux

    Comme une lèvre au bas de la robe des cieux !

    Viens ! et que le regard des pudiques étoiles

    Qui tombe sur la terre à travers tant de voiles,

    Que l'arbre pénétré de parfums et de chants,

    Que le souffle embrasé de midi dans les champs,

    Et l'ombre et le soleil et l'onde et la verdure,

    Et le rayonnement de toute la nature

    Fassent épanouir comme une double fleur,

    La beauté sur ton front et l'amour dans ton coeur !

    Victor Hugo


    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique