• Le lapin de septembre

    En septembre,

    Tous les ans,

    Un petit lapin frappe à la porte de ma chambre.

    - C'est l'ouverture de la chasse !

    - Et tu crains que l'on te fricasse !

    - Puis-je entrer dans ton potager.

    - Oui, mais sans rien déranger !

     

    Mais à chaque fin de saison,

    C'est toujours la même chanson

    Il a mangé mes salades,

    Mes carottes, mon oseille...

    J'en suis malade.

    Je lui tire les oreilles

    Il me regarde transi

    De peur

    Et me dit :

    - "Aurais-tu le coeur

    D'acheter un fusil ? "

    Michel Luneau


    20 commentaires
  • Les hirondelles

    Le long des fils télégraphiques

    les hirondelles en habit

    tiennent leur conciliabule d'automne.

    Les froids sont venus, et le vent

    maintenant tous les jours souffle du nord.

    "Sacré pays, disent-elles, les petites hirondelles

    serrées et pelotonnées sur leur fil,

    il va falloir émigrer encore !

    Adieu, chère vallée où les moustiques étaient si bons !

    Quels bons repas de moucherons nous avons faits !

    Quel bel été nous avons eu ! Comme nous avons bien ri !

    bien crié, bien volé et virevolté dans ce ciel !

    Comme elle était douce sa lumière, comme il était léger

    l'air de Seine-et-Oise !

    À présent, c'est fini, il nous faut partir ;

    nous attraperions des rhumatismes dans ces brumes,

    et pour vivre il nous faudrait voler si bas, au ras du sol comme les hommes !

    Adieu, chers hôtes du hangar et de la grange,

    adieu, cochons inoffensifs, et toi brave chien qui sait que nous ne sommes pas comestibles ;

    adieu, vilain chat qui aurait tant voulu avoir des ailes

    pour nous courir après dans l'azur et piller nos nids.

    Adieu, le fermier et le fermière !

    Ne démolissez pas nos nids de boue et de brindilles bien tressées.

    Au revoir, pauvres amis ! nous penserons à vous en Égypte,

    et nous reviendrons l'année prochaine.

    N'ayez pas trop froid dans ce sale hiver."

    Émile Henriot


    8 commentaires
  • L'automne

    Sois le bienvenu, rouge Automne,

    Accours dans ton riche appareil,

    Embrase le coteau vermeil

    Que la vigne pare et festonne.

     

    Père, tu rempliras la tonne,

    Qui nous verse le doux sommeil ;

    Sois le bienvenu, rouge Automne,

    Accours dans ton riche appareil.

     

    Déjà la Nymphe qui s'étonne,

    Blanche de la nuque à l'orteil,

    Rit aux champs ivres du soleil

    Que le gai vendangeur entonne.

    Sois le bienvenu, rouge Automne.

    Théodore de Banville


    12 commentaires
  • Plic, plac, ploc

    Plic, plac, ploc

    Septembre, je troque

    l'été qui finit

    contre un parapluie.

     

    Plic, plac, ploc

    Septembre, je croque

    le goût de l'automne

    au coeur d'une pomme.


    8 commentaires
  • Automne

    Odeur des pluies de mon enfance

    Derniers soleils de la saison !

    À sept ans comme il faisait bon

    Après d'ennuyeuses vacances,

    Se retrouver dans sa maison !

     

    La vieille classe de mon père,

    Pleine de guêpes écrasées,

    Sentait l'encre, le bois, la craie

    Et ces merveilleuses poussières

    Amassées par tout un été.

     

    O temps charmant des brumes douces,

    Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,

    Le vent souffle sous le préau,

    Mais je tiens entre paume et pouce

    Une rouge pomme à couteau.

    René Guy Cadou


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique