• La pomme

    Bel automne

    À moi tes pommes,

    Qui sont rougeaudes comme joues de jeune vierge !

    J'y veux mordre à pleines dents ;

    J'y veux boire à pleines lèvres :

    Bel automne,

    À moi tes pommes

    Pour le pressoir qui les attend !

    J'en veux faire éclater la fine chair

    Entre les mâchoires de fer ;

    J'en veux tirer la liqueur blonde ;

    À grand effort de vis et de levier,

    J'en veux faire jaillir une source de songe !

    Pour défier

    L'ennui de l'hiver et des mois sombres,

    Rien ne vaut une cave pleine et froment au grenier.

     

    Bel automne

    À moi tes pommes !

    Aux glèbes fraîches,

    Mon blé germe :

    Qu'importe le passé ? J'ai semé l'avenir.

    Les feuilles sèches,

    Au gré du vent peuvent courir

    Dans la brume des soirs ternes ;

     

    Si j'ai du cidre

    En mon cellier,

    Il m'est permis d'oublier

    L'angoisse même de vivre,

    L'angoisse de marcher ployé,

    Et d'être si peu, si peu libre !

    Philéas Lebesgue


    15 commentaires
  • Ô narcisses et chrysanthèmes

    Ô narcisses et chrysanthèmes

    De ce crépuscule d'automne

    Où nos voix reprenaient les thèmes

    Tant tristes du vent monotone !

     

    Des enfants dansaient sur la route

    Qui même vers la lande noire

    Où hurla jadis la déroute,

    Sous la lune, des rois sans gloire.

     

    Nous chantions des chants des vieux âges

    En allant tous deux vers la ville,

    Toi si grave avec tes yeux sages

    Et moi dont l'âme fut si vile.

     

    Le jour tombait au son des cloches

    Dans l'eau lente de la rivière

    Qui charriait vers des mers proches

    La flotte à la noire bannière.

     

    Nous fûmes trop fous pour comprendre

    Les présages du crépuscule :

    Voici l'ombre où l'on croit entendre

    Les sanglots d'un dieu qui recule.

     

    La flotte a fui vers d'autres astres,

    Les enfants sont morts sur la route,

    Et les fleurs, au vent des désastres,

    Ne sont qu'un souvenir de doute.

     

    Sais-tu le chemin de la ville,

    Toi si grave avec tes yeux sages ?

    Ah ! mon âme qui fut trop vile

    A peur des chansons des vieux âges !

    Stuart Merril


    10 commentaires
  • Fruits d'automne

    Je me suis bien régalé de fruits d'automne,

    Je me suis bien régalé avec la pomme du pommier.

    Je n'ai surtout pas mangé le gland du chêne,

    Je n'ai surtout pas mangé le marron du marronnier.

    Je me suis bien régalé de fruits d'automne,

    Je me suis bien régalé avec la poire du poirier.

    Je n'ai surtout pas mangé le gland du chêne,

    Je n'ai surtout pas mangé le marron du marronnier.

    Roland Topor


    13 commentaires
  • Soir d'automne

    L'automne est la saison dolente.

     

    L'âme des labours assoupis

    Berce d'une hymne somnolente

    L'enfance des futurs épis ;

     

    Et, triste, la mer de Bretagne

    Se prend à gémir, dans le soir.

    Par les sentiers de la montagne,

    Commence à rôder le Mois Noir.

     

    Et les cloches ont l'air de veuves,

    Dans les clochers silencieux...

    Nous n'irons plus aux aires-neuves !

    Voici l'hiver, le temps des vieux.

     

    Pour le départ des alouettes,

    Tintent les glas des abandons.

    Pleurez, ô chapelles muettes,

    Les cierges éteints des Pardons !

     

    ... Avec les oiseaux de passage,

    Les Clercs s'en vont aux premiers froids.

    Ils emportent, selon l'usage,

    Leurs livres, noués trois par trois.

     

    L'automne est la saison dolente.

    Les mères, sur le seuil, longtemps,

    De leur bénédiction lente

    Encouragent les hésitants ;

     

    Car près d'enjamber la barrière,

    Plus d'un a suspendu son pas,

    Comme si des voix, par derrière,

    Lui chuchotaient : " Ne t'en va pas ! "

    Anatole Le Braz


    17 commentaires
  • L'éternel féminin

    La montagne portait sa robe d'or bruni,

    Or fragile tombant, feuille à feuille, des branches,

    Dans le chemin, parmi la foule du dimanche,

    Sur les sentiers ombreux et le gazon terni.

     

    Reposés de leur course à travers l'infini,

    Et doux, comme l'émoi d'une âme qui s'épanche,

    Les rayons du soleil d'octobre, en nappes blanches

    Sur le sol déjà froid, versaient un feu béni.

     

    Ce ne fût que le soir, en soufflant ma veilleuse,

    Que me vint nettement l'image glorieuse

    Dans ses mille détails ternes et rutilants.

     

    J'avais distraitement vu les choses agrestes,

    Trop attentif à suivre ou deviner les gestes

    D'une fille aux yeux noirs qui ramassait des glands.

    Alphonse Beauregard


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique