• Octobre

    Avant que le froid glace les ruisseaux

    Et voile le ciel de vapeurs moroses,

    Écoute chanter les dernières roses.

     

    Octobre permet un moment encor

    Que dans leur éclat les choses demeurent ;

    Son couchant de pourpre et ses arbres d'or

    Ont le charme pur des beautés qui meurent.

     

    Tu sais que cela ne peut pas durer,

    Mon cœur ! mais, malgré la saison plaintive,

    Un moment encor tâche d'espérer

    Et saisis du moins l'heure fugitive.

     

    Bâtis en Espagne un dernier château,

    Oubliant l'hiver, qui frappe à nos portes

    Et vient balayer de son dur râteau

    Les espoirs brisés et les feuilles mortes.

    François Coppée


    22 commentaires
  • Belle journée automnale à tous mes visiteurs


    21 commentaires
  • Automne

    Comme un monde qui meurt écrasé sous son Or,

    La Forêt automnale en son faste agonise

    Et ses feuilles, comme les pièces d'un trésor,

    S'amoncellent sous le râteau fou de la bise.

     

    Parmi la langueur des sous-bois, on sent flotter

    La même odeur de lente mort et de luxure

    Qui vous accable au coeur des trop riches cités :

    Tout l'Or de la Forêt s'exale en pourriture !

     

    Mais nous savons que de l'amas de ce fumier

    Doit fleurir, en l'élan de la sève prochaine,

    La gaieté des coucous, la grâce des aubiers,

    La douceur de la mousse et la beauté des chênes.

     

    Notre Société ressemble à la Forêt,

    Nous sommes en Novembre, et l'Automne est en elle.

    O fumier d'aujourd'hui ! plus ton lit est épais

    Plus l'Avril sera vert dans la Forêt nouvelle !

    Gaston Couté


    18 commentaires
  • L'automne est le printemps de l'hiver.
    Henri de Toulouse Lautrec


    16 commentaires
  • La pomme

    Bel automne

    À moi tes pommes,

    Qui sont rougeaudes comme joues de jeune vierge !

    J'y veux mordre à pleines dents ;

    J'y veux boire à pleines lèvres :

    Bel automne,

    À moi tes pommes

    Pour le pressoir qui les attend !

    J'en veux faire éclater la fine chair

    Entre les mâchoires de fer ;

    J'en veux tirer la liqueur blonde ;

    À grand effort de vis et de levier,

    J'en veux faire jaillir une source de songe !

    Pour défier

    L'ennui de l'hiver et des mois sombres,

    Rien ne vaut une cave pleine et froment au grenier.

     

    Bel automne

    À moi tes pommes !

    Aux glèbes fraîches,

    Mon blé germe :

    Qu'importe le passé ? J'ai semé l'avenir.

    Les feuilles sèches,

    Au gré du vent peuvent courir

    Dans la brume des soirs ternes ;

     

    Si j'ai du cidre

    En mon cellier,

    Il m'est permis d'oublier

    L'angoisse même de vivre,

    L'angoisse de marcher ployé,

    Et d'être si peu, si peu libre !

    Philéas Lebesgue


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique