• L'orchidée

    Dame nature crée de ces fleurs exotiques

    Aux diverses couleurs et aux formes typiques

    Qui parent les forêts, embaumant les sous-bois.

    Comme un soleil, leur jaune est éclatant parfois,

    Et leur manteau de pourpre est souvent obsédant,

    Le bleu aussi les vêt, du pâle au plus violent

    Sans oublier le rose à peine nuancé

    Qui teinte volontiers leurs corolles nacrées.

    Tantôt tissées de soie et tantôt de crépon,

    Zébrées ou mouchetées, ceci dans tous les tons

    Leurs allures légères pleines de fioritures

    Évoquent tour à tour, selon leur contexture

    Soit l'araignée velue, l'oiseau de Paradis,

    La libellule fine ou bien le colibri.

    Claude Effrench


    30 commentaires
  • Primeroses

    Ces délicieuses fleurs roses,

    Grandes ouvertes ou mi-closes,

    Me soufflent de tant douces choses

    Et fleurent si frais et si doux,

    Que, bien sûr, et corolle et tige,

    Recèlent par quelque prodige,

    Quelque chose qui vient de vous.

     

    Troublant et capiteux arôme !

    Mon cœur, comme l'air s'en embaume,

    Et, grisé, je pars au royaume

    Du rêve, où mes espoirs défunts,

    Où mes illusions dernières,

    Comme ces roses printanières,

    Ont vécu leurs premiers parfums.

    Nérée Beauchemin


    25 commentaires
  • La tulipe

    Et voici la tulipe ; que j'aime ses bouquets !

    Admirez sa beauté et son parfum discret,

    Son air si féodal et ses oignons racés.

    Le Divin Jardinier, de ses doigts, a filé

    Une robe si fine, en longs plis étoffés.

    Sa nature est ainsi, elle est droite et grande,

    Et c'est la fleur bénie du Pays de Hollande.

    Cypora Sebagh


    26 commentaires
  • Donne-moi cette fleur

    Donne-moi cette fleur meurtrie

    Entre ta ceinture et ton cœur,

    Je la veux triste et sans couleur,

    Donne-la-moi, pâle et flétrie,

     

    Ni la rose, éternelle fée,

    Ni le lys qui vient de s'ouvrir

    Ne valent le dernier soupir

    De la pauvre fleur étouffée,

    Doux échange qui ravit l'âme

     

    La femme a gardé dans son cœur

    Le plus doux parfum de la fleur,

    La fleur, le parfum de la femme

    Cette fleur je l'avais cueillie

    À tes pieds, au bord du chemin

     

    Tu me dis en tendant la main,

    Donne-la-moi fraîche et jolie !

    À ces bois où l'oiseau soupire,

    Nous avons conté nos secrets

     

    Rêveuse, tu la respirais,

    Et la fleur cachait ton sourire

    Doux échange qui ravit l'âme,

    La femme a gardé dans son cœur

    Le plus doux parfum de la fleur,

    La fleur, le parfum de la femme.

    Léon Gozlan


    18 commentaires
  • Et Rose elle vivra...

    L'attachante Chloris, la Déesse des Fleurs,

    Dans un élan du cœur en quête d'une Reine,

    Accueillit une Rose en beauté souveraine,

    Exhalant ses parfums empourprés de couleurs.

     

    Déesse de l'Amour, Aphrodite ennoblit

    La Rose retenue pour sa grande beauté,

    Dionysos aussi, par simple loyauté

    Offrit ses doux nectars en parfums anoblis.

     

    Les Trois Grâces alors la comblèrent de charme

    Avec délicatesse et grand enchantement.

    Apollon la fit Reine et son couronnement

    Provoqua dans l'Olympe un amical vacarme !

     

    En habitant le rêve, elle songe aux amours,

    Sublime la beauté, le désir passionnel ;

    Magicienne de l'art et du relationnel,

    Son contact est plus doux que le plus doux velours !

     

    Des sables elle est la Rose et l'hellébore noir,

    Plus connu sous le nom de Rose de Noël,

    Évoque en notre esprit l'idéal temporel

    D'humer tout son parfum véhiculant l'espoir.

     

    Que l'on s'exprime en vers ou qu'on l'écrive en prose,

    Une lettre d'amour n'est autre qu'un bouquet

    De ces fleurs adulées invitées au banquet

    Des festins enchanteurs pour voir la vie en rose !

    Louis Fontas


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique