• Fleurs éternelles

    Je sème des fleurs

    Sur mon passage

    Des fleurs d'instants,

    Si parfumées

    Que, même lorsque

    J'avance en âge,

    Elles me ramènent

    Vers mon passé.

    Anne Schwarz-Henrich


    20 commentaires
  • Une rose

    Cette rose vivait au-dessus du jardin,

    N'ayant, sur son front pur, qu'une âme pour aigrette,

    Et ne comprenant rien à la foule secrète

    Qui se cachait le soir et courait le matin.

     

    Aspirant à l'étoile et fuyant le ravin

    Il lui fallait le ciel pour appuyer sa tête...

    Cette rose vivait au dessus du jardin,

    N'ayant, sur son front pur, qu'une âme pour aigrette.

     

    Elle n'avait jamais, pour lire le destin,

    Effeuillé le cœur d'or d'une humble pâquerette ;

    Elle n'avait jamais, penchant son cœur lointain,

    Vu trembler l'herbe folle ou l'herbe d'amourette...

    Cette rose vivait au-dessus du jardin.

    Rosemonde Gérard-Rostand


    11 commentaires
  • La rouge rouge

    La rose rouge symbolise l'amour

    Qui vient de notre cœur rempli d'amour

     

    La rose a besoin de la chaleur du soleil

    Comme nous avons besoin de la chaleur humaine

     

    L'eau aide la rose à s'épanouir

    Comme nous avons besoin de l'eau pour s'hydrater et grandir

     

    Nous avons tous besoin de notre famille

    Comme la rose a besoin de son feuillage

     

    La rose est belle et douce

    Comme la feuille qui vient de tomber d'un arbre

     

    Le tout symbolise la vie qui est si fragile

    Comme une rose que l'on vient de cueillir.

    Sarah Hamze


    15 commentaires
  • Frissons de fleurs

    Les soirs d'été les fleurs ont des langueurs de femmes,

    Les fleurs semblent trembler d'amour, comme des âmes ;

    Palpitantes aussi d'extase et de désir,

    Les fleurs ont des regards qui nous font souvenir

    De grands yeux féminins attendris par les larmes,

    Et les beaux yeux des fleurs ont d'aussi tendres charmes.

     

    Les fleurs rêvent, les fleurs frissonnent sous la nuit ;

    Et blanches, comme un sein adorable, qui luit

    Dans la sombre splendeur d'une robe entr'ouverte,

    Les roses du milieu de l'obscurité verte,

    Tandis qu'un rossignol par la lune exalté

    Pour elles chante et meurt sous cette nuit d'été,

    Les roses au corps pâle, en écartant leurs voiles,

    Folles, semblent s'offrir aux baisers des étoiles.

    Henri Cazalis


    16 commentaires
  • Le mariage des roses

    Mignonne, sais-tu comment,

    S'épousent les roses ?

    Ah ! cet hymen est charmant !

    Quelles tendres choses

    Elles disent en ouvrant

    Leurs paupières closes !

    Mignonne, sais-tu comment

    S'épousent les roses ?

     

    Elles disent : Aimons-nous !

    Si courte est la vie !

    Ayons les baisers plus doux,

    L'âme plus ravie !

    Pendant que l'homme, à genoux,

    Doute, espère, ou prie !

    Ô mes sœurs, embrassons-nous

    Si courte est la vie !

     

    Crois-moi, mignonne, crois-moi,

    Aimons-nous comme elles,

    Vois, le printemps vient à toi,

    Et des hirondelles

    Aimer est l'unique loi

    A leurs nids fidèles.

    Ô ma reine je suis ton roi,

    Aimons-nous comme elles.

     

    Excepté d'avoir aimé,

    Qu'est-il donc sur terre ?

    Notre horizon est fermé,

    Ombre, nuit, mystère !

    Un seul phare est allumé,

    L'amour nous l'éclaire !

    Excepté d'avoir aimé,

    Qu'est-il donc sur terre ?

    Eugène David


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique