• Voir un champ de lavandes c'est comme voit l'océan

    Ses fleurs mallifères qui se dressent en épis

    Attirent les abeilles comme les papillons

    Et donne aux piles de linges comme un vent de fraîcheur.

    Alain


    10 commentaires
  • La mer

    Loin des grands rochers noirs que baise la marée,

    La mer calme, la mer au murmure endormeur,

    Au large, tout là-bas, lente s'est retirée,

    Et son sanglot d'amour dans l'air du soir se meurt.

     

    La mer fauve, la mer vierge, la mer sauvage,

    Au profond de son lit de nacre inviolé

    Redescend, pour dormir, loin, bien loin du rivage,

    Sous le seul regard pur du doux ciel étoilé.

     

    La mer aime le ciel : c'est pour mieux lui redire,

    À l'écart, en secret, son immense tourment,

    Que la fauve amoureuse, au large se retire,

    Dans son lit de corail, d'ambre et de diamant.

     

    Et la brise n'apporte à la terre jalouse,

    Qu'un souffle chuchoteur, vague, délicieux :

    L'âme des océans frémit comme une épouse

    Sous le chaste baiser des impassibles cieux.

    Nérée Beauchemin


    13 commentaires
  • Le soleil

    Le long du vieux faubourg, où pendent aux masures

    Les persiennes, abri des secrètes luxures,

    Quand le soleil cruel frappe à traits redoublés

    Sur la ville et les champs, sur les toits et les blés,

    Je vais m'exercer seul à ma fantasque escrime,

    Flairant dans tous les coins les hasards de la rime,

    Trébuchant sur les mots comme sur les pavés,

    Heurtant parfois des vers depuis longtemps rêvés.

     

    Ce père nourricier, ennemi des chloroses,

    Éveille dans les champs les vers comme les roses ;

    Il fait s'évaporer les soucis vers le ciel,

    Et remplit les cerveaux et les ruches de miel.

    C'est lui qui rajeunit les porteurs de béquilles

    Et les rend gais et doux comme des jeunes filles,

    Et commande aux moissons de croître et de mûrir

    Dans le coeur immortel qui toujours veut fleurir !

     

    Quand, ainsi qu'un poète, il descend dans les villes,

    Il ennoblit le sort des choses les plus viles,

    Et s'introduit en roi, sans bruit et sans valets,

    Dans touts les hôpitaux et dans tous les palais.

    Charles Baudelaire


    12 commentaires
  • Le temps des vacances

    C'est le temps béni des vacances.

    Le vent fait des noeuds d'hirondelles.

    Le jour est rond comme une amande.

    Tout le village sent le miel.

    Le soleil a pendu sa lampe

    Juste au-dessus des vaches blanches

    Étonnées de n'avoir plus d'ombre,

    Mais les prairies qui, près du bois,

    Tremblent doucement sous leur poids

    N'ont jamais été si profondes.

    Maurice Carême


    8 commentaires
  • La cigale

    le soleil fendille la terre,

    Aucun bruit ne trouble les champs ;

    On n'entend plus les joyeux chants

    Des oiseaux qui chantaient naguère.

    Tous par la chaleur assoupis

    Sous les buissons se sont tapis.

    Seule une cigale est sur l'aire.

     

    Son ventre sonore se meut ;

    Sur une gerbe elle est posée ;

    Seule elle n'est point épuisée

    Par l'astre à l'haleine de feu.

    Et la chanteuse infatigable

    Jette dans l'air brûlant et bleu

    Sa ritournelle interminable.

    Marcel Pagnol


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique