• La douceur du foyer

    L'hiver quand tout s'enrhume allume le feu dans l'âtre

    La douceur du foyer réchauffe aussi les cœurs

    L'hiver au coin du feu la neige descend du ciel

    Légère comme une plume et blanche comme la craie

    Et la fumée s'enroule comme un flot de dentelle.

    Alain Hannecart


    30 commentaires
  • Le rouge gorge

    Les oiseaux se sont tus ne souffle que la bise

    L'hiver s'est installé et l'eau en glace est prise

    Tel une chaude braise dessous la cendre grise

    Voici qu'un rouge gorge s'invite par surprise.

    Alain Hannecart


    28 commentaires
  • Pour fêter le retour normal de l'âpre hiver

    Pour fêter le retour normal de l'âpre hiver,

    J'ai gravi, dès le jour, ma montagne rouillée.

    Le vent du nord-ouest a soufflé tout hier.

     

    J'en voulais savourer la rafale mouillée,

    Jeux de pluie aux clartés du ravin partiel,

    Sur le treillis brumeux des branches dépouillées.

     

    La lumière est instable aux décors irréels

    Des vallons d'ombre ensoleillés de claire brume

    Où se joignent, pour fuir, des lambeaux d'arc-en-ciel.

     

    Le roc ruisselle et luit et les pics d'argent fument.

    Sous le vent brusque obstinément ailé de nuit,

    Et l'aile sombre éteint le rayon qui s'allume ;

     

    Et tout le paysage pâle tourne et luit,

    Cependant qu'au taillis fauve des petits chênes

    Chaque feuille légère et plaintive bruit.

     

    Et le mont tout entier pleure des larmes vaines.

    Olivier Calemard de la Fayette


    34 commentaires
  • Décembre

    Le givre étincelant, sur les carreaux gelés,

    Dessine des milliers d'arabesques informes ;

    Le fleuve roule au loin des banquises énormes ;

    De fauves tourbillons passent échevelés.

     

    Sur la crête des monts par l'ouragan pelés,

    De gros nuages lourds heurtent leurs flancs difformes ;

    Les sapins sont tout blancs de neige, et les vieux ormes

    Dressent dans le ciel gris leurs grands bras désolés.

     

    Des hivers boréaux tous les sombres ministres

    Montrent à l'horizon leurs figures sinistres ;

    Le froid darde sur nous son aiguillon cruel.

     

    Évitons à tout prix ses farouches colères ;

    Et, dans l'intimité, narguant les vents polaires,

    Réchauffons-nous autour de l'arbre de Noël.

    Louis Honoré Fréchette


    20 commentaires
  • Le petit flocon

    Je suis un petit flocon

    Tout menu, tout blanc, tout rond,

    Je voltige dans l'air léger,

    Je me balance

    Au bout des branches,

    Et puis je viens me percher

    Au bout de ton petit nez.

     

    Je suis un peu froid.

    Tu crois ?

    C'est tant pis pour toi,

    Voilà !

     

    Je suis un petit flocon

    Tout menu, tout blanc, tout rond,

    Qui aime beaucoup s'amuser

    Dans le vent...et sur ton nez !

    N.Mertens/E.Roller


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique