• Chanson d'hiver

    Le soleil est en congé :

    Comme il neige ! comme il neige !

    Le soleil est en congé

    (Joli temps pour voyager !...)

    La froidure a délogé

    Sous la neige, sous la neige,

    La froidure a délogé

    Les oiseaux du potager.

     

    Le soleil est en congé :

    Comme il neige ! comme il neige !

    Le soleil est en congé

    (Quelque part à l'étranger ?...)

    Quant à moi, flocons légers,

    Quand il neige, quand il neige,

    Quant à moi, flocons légers,

    J'aime à vous voir voltiger.

     

    Le soleil est en congé :

    Comme il neige ! comme il neige !

    Le soleil est en congé

    (S'il n'a pas déménagé !...)

    Chacun de s'interroger,

    Tant il neige, tant il neige,

    Chacun de s'interroger :

    Jusqu'à quand va-t-il neiger ?

    Jean Luc Moreau


    10 commentaires
  • Janvier

    Il fait froid. Les blizzards soufflent et nul rayon

    Ne dore des forêts les blancheurs infinies ;

    Mais Noël sur nos seuils laissa comme un sillon

    De clartés, de parfums, de paix et d'harmonies.

     

    Et sur l'épais verglas des chemins boulineux,

    Sur les trottoirs glissants et clairs comme l'agate,

    Dans les logis obscurs, sous les toits lumineux,

    L'allégresse loquace et tapageuse éclate.

     

    En vain la neige à flots tombe des cieux brouillés,

    En vain le grand réseau polaire nous enlace,

    En vain le fouet du vent nous flagelle la face,

    Nos coeurs ont la chaleur des bords ensoleillés.

     

    Nos coeurs français n'ont rien des froideurs de la bise

    Qui tord l'arbre souffrant et mort presque à moitié,

    Et nous nous enivrons de la senteur exquise

    Qu'épanche sur nos fronts l'arbre de l'Amitié.

     

    Ce vif rayonnement de joie en tous sens brille

    Et glisse jusqu'au gîte isolé du colon.

    Aux tables des fricots le sel gaulois pétille,

    Et tout un monde gigue au son du violon.

     

    Les somptueux salons sont ruisselants de flammes,

    Et sous le flamboiement des lustres de cristal,

    Comme un écho divin, la musique du bal

    Emporte en ses replis prestigieux les âmes.

     

    Dans tout cercle du soir plus vive est la gaîté,

    Pendant que sur les toits sanglote la rafale,

    Ou qu'au ciel éclairci l'aurore boréale

    Déroule les splendeurs de son voile enchanté.

    William Chapman


    11 commentaires
  • Jardin de givre

    Scintillement au petit matin

    D'une étendue glace vive

    Parsemée d'étoiles sans fin

    Qu'un précoce soleil active

     

    L'oiseau ose à peine s'y poser

    De peur de détruire d'un seul coup d'aile

    Ce majestueux cristal, ce verre taillé

    Magnifique décor tout en dentelle

     

    Le soleil commence à piquer le verglas

    Me donnant droit à un grand concerto

    Et mon coeur est gonflé de joie

    A voir la nature s'amuser ce matin si tôt.

    Monique Gagnon


    9 commentaires
  • L'hiver, la neige

    Voilà

    Les arbres

    Avec

    Du sucre

    Sur le nez

     

    La route

    Toute

    Poudrée

    Le ciel

    Enfariné

     

    La neige

    A tout changé

    Anne-Marie Chapouton


    13 commentaires
  • L'hiver

    L'hiver, s'il tombe de la neige,

    Le chien blanc a l'air beige.

     

    Les arbres seront bientôt touffus

    Comme dans l'été qui n'est plus.

     

    Les oiseaux marquent les allées

    Avec leurs pattes étoilées.

     

    Aussitôt qu'il fait assez jour,

    Dans le jardin bien vite on court.

     

    Notre maman nous emmitoufle,

    Même au soleil, la bise souffle.

     

    Pour faire un grand bonhomme blanc,

    Tout le monde prend son élan.

     

    Après ça, bataille de neige !

    On s'agite, on crie, on s'assiège.

     

    Et puis on rentre, le nez bleu,

    Pour se sécher autour du feu.

    Lucie Delarue-Mardrus


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique