• Le printemps jeune et bénévole

    Le printemps jeune et bénévole

    Qui vêt le jardin de beauté

    Elucide nos voix et nos paroles

    Et les trempe dans sa limpidité.

     

    La brise et les lèvres des feuilles

    Babillent, et lentement effeuillent

    En nous les syllabes de leur clarté.

     

    Mais le meilleur de nous se gare

    Et fuit les mots matériels ;

    Un simple et doux élan muet

    Mieux que tout verbe amarre

     

    Notre bonheur à son vrai ciel :

    Celui de ton âme, à deux genoux,

    Tout simplement, devant la mienne,

    Et de mon âme, à deux genoux,

    Très doucement, devant la tienne.

    Emile Verhaeren


    9 commentaires
  • Premier sourire du printemps

    Tandis qu'à leurs oeuvres perverses

    Les hommes courent haletants,

    Mars qui rit, malgré les averses,

    Prépare en secret le printemps.

     

    Pour les petites pâquerettes,

    Sournoisement lorsque tout dort,

    Il repasse des collerettes

    Et cisèle des boutons d'or.

     

    Dans le verger et dans la vigne,

    Il s'en va, furtif perruquier,

    Avec une houppe de cygne,

    Poudrer à frimas l'amandier.

     

    La nature au lit se repose ;

    Lui, descend au jardin désert

    Et lace les boutons de rose

    Dans leur corset de velours vert.

     

    Tout en composant des solfèges,

    Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

    Il sème aux prés les perce-neige

    Et les violettes aux bois.

     

    Sur le cresson de la fontaine

    Où le cerf boit, l'oreille au guet,

    De sa main cachée il égrène

    Les grelots d'argent du muguet.

     

    Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

    Il met la fraise au teint vermeil,

    Et te dresse un chapeau de feuilles

    Pour te garantir du soleil.

     

    Puis, lorsque sa besogne est faite,

    Et que son règne va finir,

    Au seuil d'avril tournant la tête,

    Il dit : "Printemps, tu peux venir ! "

    Théophile Gautier


    6 commentaires
  • Jour J - 1 pour le retour du Printemps

    Au revoir l'Hiver, rentre vite chez toi.

    Belle journée à tous !


    16 commentaires
  • Quoique nous le voyions fleurir

    Quoique nous le voyions fleurir devant nos yeux

    Ce jardin clair où nous passons silencieux,

    C'est plus encor en nous que se féconde

    Le plus candide et doux jardin du monde.

     

    Car nous vivons toutes les fleurs,

    Toutes les herbes, toutes les palmes

    En nos rires et en nos pleurs

    De bonheur pur et calme.

     

    Car nous vivons toute la joie

    Dardée en cris de fête et de printemps,

    En nos aveux où se côtoient

    Les mots fervents et exaltants.

     

    Oh ! dis, c'est bien en nous que se féconde

    Le plus joyeux et doux jardin du monde.

    Emile Verhaeren


    23 commentaires
  • La noce des oiseaux

    Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,

    Jonquilles, crocus ont bravé la fraîcheur du temps,

    Que déjà, les oiseaux publient leurs noces dans le ciel.

    Neiges et froidures sont parties : "vive le printemps :"

     

    Immense symphonie, où des millions de fleurs,

    Se mélangent en un jour, aux bourgeons de velours

    D'un coup de baguette magique : le ciel sort ses couleurs

    Pour éblouir nos yeux, il devient troubadour.

     

    Dans un ballet de cabrioles fantastiques

    Les oiseaux dansent, s'accouplent et préparent leur nid,

    Guidés par une force invisible et mystique,

    Leur chant monte en hommage : au Maître de Symphonie.

     

    Les oiseaux se sont embrassés sur les branches,

    Et des angelots coquins ont ajusté leurs flèches...

    Etrange ! tout ce que le Printemps en un jour change !

     

    Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,

    Tandis que sous leurs branches les amoureux de mèche,

    Se content fleurette quand roucoulent les tourterelles.

    Jean Claude Brinette


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique