•  

    La mer n’efface pas les empreintes de pas des enfants sur les plages. Elle les emporte pour faire des moules à gâteau destinés aux mamans des petits poissons sages.
    Patrick Sébastien


    9 commentaires
  •  

    Batterie (extrait)

    Soleil, je t'adore comme les sauvages

    À plat ventre sur le rivage.

    Que j'ai chaud ! C'est qu'il est midi.

    Je ne sais plus bien ce que je dis.

    Tu es un clown, un toréador,

    Tu as des chaînes de montre en or.

    Soleil, je supporte tes coups,

    Tes gros coups de poing sur mon cou.

    C'est encore toi que je préfère,

    Soleil, délicieux enfer.

    Jean Cocteau


    13 commentaires
  •  

    Joie de la mer

    Comme aujourd'hui la mer est belle et délicate !

    Elle fut, tout le jour, vaporeuse et nacrée,

    Avec de grands frissons de lumière dorée,

    Sous un ciel d'un gris fin, veiné comme une agate.

     

    Puis ce ciel s'est ouvert d'une fente écarlate,

    Et la pensive mer, qui devenait cendrée,

    D'une pourpre lueur soudain s'est colorée,

    Douce lueur où tout caresse et rien n'éclate.

     

    Dans les pays divins, par-delà le soleil,

    On donne quelque noble et merveilleuse fête

    D'où s'échappe un rayon si mollement vermeil

     

    Qui vient éparpiller des roses sur le faîte

    De tous ces flots, bercés d'un lumineux sommeil.

    Ah ! Si de jours pareils notre vie était faite !

    Auguste Angellier


    19 commentaires
  •  

    Juillet

    Il vient d'arriver, ce fichu mois de juillet

    Avec son cortège de journées ensoleillées

    Et, de longues soirées, où la chaleur

    Omniprésente, nous donne des envies d'ailleurs.

    Le moindre souffle d'air, amène le bien être,

    Et, pour l'emprisonner, on croise fenêtres

    Et volets, vivant dans la douce pénombre

    Juste, égayée des rais de lumière et d'ombres

    Que créent les persiennes ajourées.

    Et si certains, arrivent à aimer et savourer

    Ces longues heures qui s'étirent, surchauffées

    Je préfère de loin l'automne ébouriffé

    Avec ses nuits fraîches et ses coups de vents

    Laissant la plage et la chaleur aux estivants.

    Dominique Sagne


    16 commentaires
  •  

    O soleils de juillet ! ô lumière ! ô splendeurs !

    Radieux firmament ! sereines profondeurs !

    Mois puissants qui versez tant de sèves brûlantes

    Dans les veines de l'homme et les veines des plantes,

    Mois créateurs ! beaux mois ! je vous aime et bénis.

    Auguste Lacaussade


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique