•  

    La plage

    La plage avec ses seaux ses pelles et ses râteaux

    La plage et ses châteaux ornés de coquillages

    La plage où les enfants poussent des cris stridents

    La plage et ses rouleaux que surfent les bateaux

     

    Qui déplacent les lignes que l'on voit sur le sable

    Comme celles d'un livre dont on tourne les pages

    Et qui vous laisse un temps la tête dans les nuages

    Où s'enfoncent les pas et toutes les épaves

     

    Où les oiseaux de mer qui sillonnent l'espace

    Laissant au sable leurs empreintes que la mer vite efface

    Où les vagues se cabrent comme des chevaux sauvages

     

    Où vous lèche les pieds la vague frangée d'écume

    Où la mer est si bleue qu'elle se pare de plumes

    L'horizon si lointain qu'il trompe l'amertume.

    Alain Hannecart


    12 commentaires
  •  

    As-tu besoin d'un cinq étoiles quand t'en as cinq milliards dans le ciel ?
    Richard Desjardins


    20 commentaires
  • Le roi du Carnaval

    Le soleil fait son carnaval

    Il rayonne sur la terre

    Diffusant les couleurs

    Semant partout des fleurs

    Le ciel est sa maison

     

    Il commande aux moissons

    De croître et de mûrir

    De tous les horizons

    Il est le pharaon

    Il soumet les Nations

     

    Sur son char doré

    Les peuples qu'ils gouvernent

    À sa vue se prosternent

    Afin de l'adoré

    À l'égal du dieu Ré.

    Alain Hannecart


    17 commentaires
  •  

    Les quatre saisons (été)

    En été les lys et les roses

    Jalousaient ses tons et ses poses,

     

    La nuit, par l'odeur des tilleuls

    Nous nous en sommes allés seuls.

     

    L'odeur de son corps, sur la mousse,

    Est plus enivrante et plus douce.

     

    En revenant le long des blés,

    Nous étions tous deux bien troublés.

     

    Comme les blés que le vent frôle,

    Elle ployait sur mon épaule.

    Charles Cros


    19 commentaires
  •  

    Lumières d'août

    Où donc est passé le mois Août ?

    Ses yeux rieurs ses cheveux fous

    Les femmes lui faisaient les yeux doux

    On dit qu'il leur plaisait beaucoup.

     

    Elles l'attrapaient par le licou

    Il les suivait un peu partout

    Ou le prenait sur leurs genoux

    Pour le caresser dans le cou.

     

    C’était leur chat leur gros minou

    Leur compagnon leur roudoudou

    Beaucoup regrettent l'ami Août.

     

    Les hommes en étaient tous jaloux

    Où donc est passé le mois d'août ?

    Il est passé un point c'est tout !
    Alain Hannecart


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique