• Le jaune

    Le soleil est debout devant son chevalet

    Tout près de l'eau qui jase emplissant le bassin

    Il peint des coquelicots dans un grand champs de blé

    Il peint des boutons d'or qui éclairent la campagne.

     

    Il peint des tournesols et des reines marguerites

    Elles sont fragiles et gais avec un cœur tout neuf

    Comme les petits poussins tout juste sortis de l’œuf

    Elles ôtent leurs habits comme ils ôtent leur coquille.

     

    Il peint la grosse chaleur qui caresse les pins

    Les tâches de lumière qui traversent les ombres

    La vibration de l'air et le chant des cigales.

     

    Il peint les phares perdus en mer et les étoiles

    Fantastiques lucioles qui clignotent et s'éteignent

    Comme les petites touches qui illuminent sa toile.

    Alain Hannecart


    22 commentaires
  •  

    Dormir au bord de l'eau

    Je me suis endormi sur la plage de sable,

    Au creux de la nature, silencieuse, insondable,

    Pas un cri ni un bruit, un sommeil apaisé,

    Seul le soleil mutin me grisant d'un baiser.

     

    Je n'ai eu aucun mal à me laisser surprendre

    Dans les bras de Morphée, bercé d'un souffle tendre,

    Plus rien ne retenait mon désir d'abandon,

    J'étais comme enserré dans un doux édredon.

     

    J'ai sûrement rêvé d'un infini royaume,

    Fait de sérénité où, mi-ange, mi-homme,

    J'ai longuement plané au dessus de la mer,

    Effleurant l'horizon comme une brise d'air.

     

    Je me suis éveillé au bruissement des vagues,

    Elles se succédaient, m'encerclant de leurs bagues,

    Telles des épousées se jetant à mes pieds,

    Pour que leur onde bleue naisse en mes encriers.
    Charly Lellouche


    8 commentaires
  • Le farniente est une merveilleuse occupation. Dommage qu'il faille y renoncer pendant les vacances, l’essentiel étant alors de faire quelque chose.
    Pierre Daninos


    10 commentaires
  • Que le Soleil est beau quand tout frais il se lève. Comme une explosion nous lançant son bonjour !
    Charles Baudelaire


    14 commentaires
  •  

    Je suis tellement gourmand que lorsqu'il y en a pour un, il n'y en a certainement pas pour deux.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique