• Jouissez du printemps, humez l'air et le soleil, lisez de belles choses.
    Simone Weil


    25 commentaires
  • Le printemps

    Le saule ploie au dessus du calme bassin

    Contemplant les poissons aux nuances rubis

    L'oiseau descend des cieux oubliant son chagrin

    En pensant qu'il faudrait recommencer son nid.

     

    La fleur s'ouvre et s'éclate semblable à un joyau

    Elle arrache aux nuées de fines perles d'eau

    Offrant à la lumière l'évanescente armure

    De son cœur entrouvert, de son bouton si pur.

     

    Dans la terre sanguine de mon jardin en fleurs

    J'enfonce mes racines et je deviens douceur

    Il me semble marcher sur la cime des branches

    Tant mon pied est léger et mon âme pervenche

    Sous un carré de ciel au fil de mes chimères

    J'ai vu le printemps naître de l'hiver.

    Arlette Février-Muzard


    11 commentaires
  • À une jeune fille

    En mai, lorsque la brise douce

    Émaille les prés verts

    Et berce dans leur lit de mousse

    Les bluets entr'ouverts ;

     

    Quand au sommet de chaque branche,

    Une petite fleur

    De sa fraîche corolle épanche

    La suave senteur ;

     

    L'âme murmure une prière

    Vers le Maître éternel

    Qui laisse tomber sur la terre

    Un reflet de son ciel.

     

    Puis, quand vient la chaude journée,

    La fleur au teint vermeil

    Penche sa corolle fanée

    Sous les feux du soleil.

     

    Enfin lorsqu'elle tombe et passe,

    Nous bénissons encor

    Le Seigneur qui fait, à sa place,

    Mûrit le beau fruit d'or.

     

    Enfant, qui de la fleur nouvelle

    Reflète la fraîcheur,

    Bénis Dieu, puisqu'il te fit belle :

    Mais, au fond de ton cœur,

     

    Garde, mieux que la fleur brillante,

    Ce précieux trésor,

    La bonté qui te fait charmante :

    C'est là le vrai fruit d'or.

    Napoléon Legendre


    18 commentaires
  • Rosette en mai

    Au mois de mai, j'ai vu Rosette,

    Et mon cœur a subi ses lois.

    Que de caprices la coquette

    M'a fait essuyer en six mois !

    Pour lui rendre enfin la pareille,

    J'appelle octobre à mon secours.

    Au printemps, adieu la bouteille !

    En automne, adieu les amours !

     

    Je prends, quitte et reprend Adèle,

    Sans façons comme sans regrets.

     

    Au revoir, un jour me dit-elle ;

    Elle revient longtemps après.

    J'étais à chanter sous la treuille :

    Ah ! dis-je, l'année a son cours.

    Au printemps, adieu la bouteille !

    En automne, adieu les amours !

     

    Mais il est une enchanteresse

    Qui change à son gré mes plaisirs.

    Du vin elle excite l'ivresse,

    Et maîtrise jusqu'aux désirs.

    Pour elle ce n'est pas merveille

    De troubler l'ordre de mes jours,

    Au printemps avec la bouteille,

    En automne avec les amours.

    Pierre-Jean de Béranger


    22 commentaires
  • Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir.
    Matisse


    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique