• La vie n'a pas d'âge.

    La vraie jeunesse ne s'use pas.

    Jacques Prévert

     

    Bonnes Fête à toutes les Grands-Mères


    16 commentaires
  • Pour des crêpes dorées

    Dans une poêle ronde

    Versez la pâte blonde

    Et faites les sauter

    Pour qu'elles soient dorées

    Dorées des deux côtés.

     

    Crêpes fines et dorées

    Comme l'astre adoré

    Qui brille sur le monde

    J'aime les crêpes blondes

    Quand elles sont sucrées.

    Alain Hannecart


    21 commentaires
  • Le jour des Rois

    Voici les Rois. La joie est vive à la maison.

    De la cuisine on sent comme une exhalation

    De mets appétissants, de choses succulentes ;

    Ustensiles brunis, lames étincelantes,

    Au fumet des pâtés, au parfum des rôtis,

    En tintements joyeux mêlent leur cliquetis.

     

    Dans la salle à manger tout prend un air de fête ;

    Sur la nappe qui luit la vaisselle s'apprête ;

    Au salon quelqu'un joue un air étourdissant ;

    Le lustre du plafond rutile incandescent,

    Et met des plaques d'or sur les argenteries.

    La porte entrebâillée a des chuchoteries

     

    Au rythme clair et gai comme un allegretto.

    C'est la voix des petits qui parlent du teau,

    Du gâteau merveilleux à la croûte dorée,

    À la mie odorante, et qui, pour la soirée,

    Désignera bientôt, dans ce groupe enfantin,

    La reine du hasard et le roi du destin.

     

    Ils sont là, frères, sœurs, et cousins et cousines,

    Petits voisins avec les petites voisines,

    Rieurs et babillards, tapageurs, triomphants...

    Oh ! les moments bénis que ces fêtes d'enfants !

    - Je serai roi, dit Paul.

    - Et moi, je serai reine !

    Dit Louise.

    - Attendez, c'est moi la souveraine !

    S'écrie Héva ; j'aurai des tas de bijoux d'or.

    - Moi, fait Joseph, j'aurai tout plein le corridor

     De soldats.

    - Pas du tout, dit Albert qui s’approche ;

    C'est moi le roi : j'aurai des bonbons plein ma poche !

    - Non, non !

    - Si ! si !

    Les voix se taisent tout à coup :

    On venait de frapper à la porte ; et, debout

    Au dehors, un enfant apparaissait dans l'ombre,

    Grelotant et tendant la main dans la nuit sombre.

    Cette apparition ne dura qu'un instant.

     

    - Allons, cria le père ; à table, on nous attend !

    Il ne faut pas laisser froidir ces bonnes choses.

    Et tous ces blonds minois et ces figures roses,

    Fous de joie, et d'un même objet préoccupés,

    Autour du gai festin furent bientôt groupés.

    On avait fait des plats l'inspection sommaire ;

    Lorsque, tout étonnée :

    - Hein ! voyons, dit la mère,

    Qu'a-t-on fait du gâteau des Rois ?

    Tout aussitôt,

    Chacun de s'écrier :

    - Où donc est le gâteau ?

    - Mais je viens de le mettre ici, répond la bonne.

    - Plus de gâteau ! reprend le père ; elle est bien bonne !

    Qu'est-il donc devenu ? Quelqu'un l'aurait-il pris ?

    Et les petits enfants protestent tout surpris.

    Seule, Jeanne, en son coin, semblait, toute confuse,

    Vouloir se dérober ou chercher une excuse.

    - Toi, Jeanne ?...

    Et la petite avoue en bégayant :

    - Je l'ai donné tantôt au petit mendiant !

    Et le papa charmé, que l'aveu rassérène :

    - Viens m'embrasser, dit-il, Jeanne ; c'est toi, la reine !

    Louis Honoré Fréchette


    13 commentaires
  • Les illuminations

    Oh ! ces milliers d'ampoules j'en oublie quelques unes

    Qui s'éteignent et s'allument toutes ensembles une à une

    Un peu beaucoup toutes ensembles à la folie

    Elles ruissellent des toits comme l'eau de la pluie

    Elles descendent du ciel comme de blancs flocons

    Elles descendent des rideaux au devant des vitrines

    Elles serpentent sur les toits en imitant la neige

    Et les enfants des villes contemplent leur manège.

    Alain Hannecart


    34 commentaires
  • Saint Nicolas, c'est aujourd'hui ta fête

    Saint Nicolas, c'est aujourd'hui ta fête,

    Maman m'a dit de ranger mes souliers.

     

    Je les ai mis devant la cheminée,

    Et pour ton âne, un petit bol de blé.

     

    Saint Nicolas, as-tu reçu ma lettre ?

    As-tu trouvé ce que je demandais ?

     

    Saint Nicolas, su tu descends du ciel,

    Saint Nicolas, passe donc te réchauffer.

     

    Saint Nicolas, c'est aujourd'hui ta fête.

    Saint Nicolas, surtout ne m'oublie pas.


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique