•  

    Le bonheur, c'est comme un chat, si vous essayer de le cajoler, il vous fuit, si vous ne vous occupez pas de lui, il vient se frotter contre vos jambes et saute sur vos genoux.
    Robertson Davies


    22 commentaires
  •  

    La Petite Couturière

    La voilà donc tirant son fil,

    Assise devant la croisée !

    Délicieuse de profil,

    La voilà donc tirant son fil.

    Aux rayons d'un soleil d'avril

    La vitre miroite irisée.

    La voilà donc tirant son fil,

    Assise devant la croisée.

    Maurice Rollinat  (Extraits)


    18 commentaires
  •  

    Le chapeau

    Madame un chapeau vous habille

    Laissez le voile et la mantille

    Car madame un chapeau ce n'est

    Ni un foulard ni un bonnet

    Madame un chapeau vous habille.

     

    Madame quand vous portez votre chapeau

    Comme une colonne supporte d'un chapiteau

    Comme on accroche au mur un beau tableau

    Vous éclairez la rue comme font les phares

    Comme sur l'eau flottent les nénuphars

     

    Quand vous sortez dessous votre chapeau

    Vous balancez comme font les bateaux

    Vous ressemblez à un très grand château

    Avec ses fenêtres et ses meneaux

    Madame quand vous portez votre chapeau.

    Alain Hannecart


    19 commentaires
  •  

    Goutte de lumière

    Si vous saviez ce qu'il y a

    Dans l’œil sans fond d'un petit chat,

    Qu'il soit jaune, vert ou lilas

    Vrai, vous n'en reviendrez pas !

    On y voit des oiseaux de lune,

    Des palais de laine et de lait,

    Le sphinx émergeant de ses lunes,

    Et des ballets ultraviolets.

    Sur des bassins d'une eau sans rides,

    S'épanouit la fleur de lotus

    Tandis qu'une main translucide

    Peint des soleils sur papyrus.

    Tout l'univers est reflété

    Dans cette goutte de lumière

    Qui ouvre sur l'éternité

    Ainsi qu'un hublot sur la mer.

    Marc Alyn


    36 commentaires
  •  

    L'aube blanche dit à mon rêve

    L'aube blanche dit à mon rêve :

    Éveille-toi, le soleil luit.

    Mon âme écoute, et je soulève

    Un peu mes paupières vers lui.

    Un rayon de lumière touche

    La pâle fleur de mes yeux bleus ;

    Une flamme éveille ma bouche,

    Un souffle éveille mes cheveux.

    Et mon âme, comme une rose

    Tremblante, lente, tout le jour,

    S'éveille à la beauté des choses,

    Comme mon cœur à leur amour.

    Il n'est rien qui ne m’émerveille !

    Et je dis en mon rire d'or :

    Je suis une enfant qui s'éveille

    Jusqu'au moment où Dieu l'endort.

    Charles Van Lerberghe


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique