•  

    Analogie du Soleil

    Il est le cœur de notre monde,

    Une majesté qui trône dans le ciel,

    Celui qui de lumière inonde

    Les prés existentiels.

     

    Qu'on le haïsse ou bien qu'on l'aime,

    Qu'on l'insulte ou qu'on le prie,

    Il ne cesse d'envoyer de même

    Ses doux rayons dorés de vie.

     

    Soyez comme le Soleil : pendant la pluie rayonnez,

    Vous transmuterez la haine en arcs en ciel de vérité.

    Les conflits sur la Terre ne l'empêchent de briller,

    A tous, sans distinction, il continue de donner.

     

    Le Soleil par ses apports permet la vie ;

    Donnez, vous deviendrez comme lui,

    Vous en serez grandis.

     

    Sa lumière perçante chasse les ténèbres,

    Et les sombres pensées dans les âmes funèbres.

    Rayonnez d'Amour, vous créerez un paradis.

    Mikaël Le Saint


    18 commentaires
  •  

    Grenouille des soirs de pluie

    Une petite grenouille

    chante le soir sous la pluie.

    La pluie qui tombe et qui mouille

    tout le jour, toute la nuit.

    La pluie qui tombe et qui mouille,

    nous autres, ça nous ennuie

    mais la petite grenouille dit :

    "Quel beau temps aujourd'hui ! "

    Et elle chante la grenouille ;

    elle chante sous la pluie.

    La pluie qui tombe et qui mouille

    tous les jours, toute la nuit.

    Michel Astre


    16 commentaires
  •  

    Confitures

    Pêche pomme poire abricot framboise cassis groseille

    Mangez des confitures sans qu'on vous le demande

    Goutez à tous ces pots qui renferment des merveilles

    Elles sont faites maison pour les bouches gourmandes.

     

    Avec des fruits du sucre et des éclats d'amandes

    Dévorez-les des yeux ses productions vermeilles

    Elles ont le gout du fruit et la douceur du miel

    Mangez avec les doigts personne ne vous gourmande.

    Alain Hannecart


    28 commentaires
  •  

    Printemps

    C'est la jeunesse et le matin.

    Vois donc, ô ma belle farouche,

    Partout des perles : dans le thym,

    Dans les roses, et dans ta bouche.

     

    L'infini n'a rien d'effrayant ;

    L'azur sourit à la chaumière ;

    Et la terre est heureuse, ayant

    Confiance dans la lumière.

     

    Quand le soir vient, le soir profond,

    Les fleurs se ferment sous les branches ;

    Ces petites âmes s'en vont

    Au fond de leurs alcôves blanches.

     

    Elles s'endorment, et la nuit

    A beau tomber noire et glacée,

    Tout ce monde des fleurs qui luit

    Et qui ne vit que de rosée,

     

    L’œillet, le jasmin, le genêt,

    Le trèfle incarnat qu'avril dore,

    Est tranquille, car il connait

    L'exactitude de l'aurore.

    Victor Hugo


    22 commentaires
  •  

    À l'heure du thé

    Ah, que j'aimais la charmante théière

    La tasse aussi, et sa jolie cuillère

    Tout en vermeil et les petits gâteaux

    Que grand-maman mettait sur le plateau !

     

    Elle apportait le plateau au salon

    Et toutes deux, ravies nous devisions

    Pendant qu'auprès des tisons rougeoyants

    Le beau chat noir tressautait en rêvant.

     

    Sans le parfum des bûches qui brûlaient

    J'étais si bien et je m'alanguissais

    J'aurais voulu prolonger ces moments

    Emprisonner ce bonheur dans le temps !

     

    Que j'aimerais, o ma jolie grand-mère

    La retrouver, la charmante théière

    Où dans le fond, tu disposais toujours

    Mêlées au thé, des brindilles d'amour.

    Michèle Corti


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique