• Le lutin horloger

    Il court, il court sa montre en main,

    Par les rues et par les chemins !

    Mais qu'est-il en train de chercher

    De l'hôtel de ville au clocher ?

     

    Il retourne les sabliers

    Il inspecte les balanciers

    Quartz ou ressort, vite il déloge

    L'oiseau caché dans votre horloge

     

    Tic-tac, il avance, il recule

    Les aiguilles de la pendule

    Il court de demeure en demeure,

    Chercher midi à quatorze heures.

    Jacques Charpentreau


    16 commentaires
  •  

    Bien souvent je revois sous mes paupières closes

    Bien souvent je revois sous mes paupières closes,

    La nuit, mon vieux moulin bâti de briques roses,

    Les cours tout embaumés par la fleur du tilleul,

    Ce vieux pont de granit bâti par mon aïeul,

    Nos fontaines, les champs, les bois, les chères tombes,

    Le ciel de mon enfance où volent des colombes,

    Les larges tapis d'herbe où l'on m'a promené

    Tout petit, la maison riante où je suis né

    Et les chemins touffus, creusés comme des gorges,

    Qui mènent si gaiement vers ma belle Font-Georges,

    A qui mes souvenirs les plus doux sont liés.

     

    Et son sorbier, son haut salon de peupliers,

    Sa source au flot si froid par la mousse embellie

    Où je m'en allais boire avec ma sœur Zélie,

    Je les revois ; je vois les bons vieux vignerons

    Et les abeilles d'or qui volaient sur nos fronts,

    Le verger plein d'oiseaux, de chansons, de murmures,

    Les pêchers de la vigne avec leurs pêches mûres,

    Et j'entends près de nous monter sur le coteau

    Les joyeux aboiements de mon chien Calisto !

    Théodore de Banville


    22 commentaires
  • La petite lampe

    J'allume à ma fenêtre une petite lampe,

    Une petite lampe bleue comme mon cœur,

    Afin que tous les mots qui trainent dans la nuit

     

    - les mots perdus, les mots blessés,

    les mots ivres de clair de lune,

    les mots amoureux de la brume,

    les bons mots, les mauvais mots,

    les petits et les gros mots,

    les mots qui voient, qui rampent,

    les mots qui luisent,

    les mots qui chantent,

    les obscurs,

    les délaissés -

     

    Afin que tous les mots de la nuit

    Sachent qu'il y a ici, au bord du ciel,

    La maison d'un poète

    Qui est prêt à les accueillir

    Pour les bercer, les réchauffer,

    Les serrer contre son cœur.

    Jean Joubert


    20 commentaires
  • Le Sourire

    Qu'il est beau le visage adouci d'un sourire,

    Expression d'un cœur transporté de bonheur,

    Rayonnement parfait magnifique à décrire

    Avec des mots d'amour, telle une haie d'honneur.

     

    Léonard de Vinci en dote la Joconde,

    Avec délicatesse il traduit la beauté

    De la Femme élégante, au charme qui féconde

    Un sourire exaltant l'envie de nouveauté.

     

    Femmes, n'occultez pas votre sourire ardent

    Par de sombres écrans éteignant votre flamme

    Et n'oubliez jamais, je parle en confident...

    Que le sourire et regard sont les reflets de l'âme.

     

    Habile magicien, ce séducteur typique

    Utilise à merveille un boomerang puissant,

    Pour ramener à lui, dans son lancer épique

    Un sourire étranger en cadeau ravissant.

     

    Quels qu'en soient les motifs, la joie ou la malice,

    Un bienfait accompli, une candeur d'enfant,

    Un regret et ses pleurs à remplir un calice,

    Un gracieux sourire en ressort triomphant.

    Louis Fontas


    21 commentaires
  • Chat !

    Qui se blottit, souvent, sous le plaid du fauteuil

    Ou s'enroule à mes pieds, mordillant mes souliers ?

    Qui gronde, quelquefois, quand s'envolent les feuilles

    Du journal que je lis juste pour le défier ?

     

    Il me montre, tout fier, sa queue tout en panache,

    Amical ou humain, il se frotte partout,

    Il me lèche parfois et, avec ses moustaches,

    D'un frôlement exquis, me caresse la joue.

     

    A l'affut ou frondeur, en ronronnant, m'appelle,

    Ou, en fauve élégant, sur mon lit, va s'asseoir

    Et s'il me fuit parfois ou se cache, rebelle,

    C'est pour mieux m'adorer lorsque revient le soir.

    Cypora Sebagh


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique