• En septembre

    En septembre sapristi,

    Les vacances sont finies

    Pour les grands et les petits

    Qui peint, qui coupe et qui colle ?

    Qui danse la farandole ?

    Qui chante ré mi fa sol ?

    C'est ma maîtresse d'école !


    12 commentaires
  • Première rentrée des classes

    Ils vont par deux, ils vont par trois

    dans le petit matin qui tremble.

    Ils ont un peu peur, il me semble,

    de l'inconnu qui s'ouvre à eux.

     

    Maman est là ! Ils sont heureux

    Ils serrent sa main douce et tendre

    Le grand pas, ils vont l'entreprendre

    Seuls ! Après un si bref "adieu" !

     

    Le maître accueille, chaleureux.

    Tous ces petits enfants vont prendre

    La route qu'il saura leur rendre

    moins difficile... enfin... un peu !


    Ainsi va le monde et l'on peut

    - nul ne pourra nous le défendre -

    ouvrir la page de septembre

    comme un grand livre gris... ou bleu...

    Jeanne Maillet


    13 commentaires
  • J - 1 pour la rentrée scolaire, pour l'occasion je vous offre ce fond d'écran pour le bureau de votre ordinateur.

    Fond école 1024/768

    Fond école 1360/768


    13 commentaires
  • La rentrée

    Un oiseau chantonne

    Un air de Mozart

    Que le vent d'automne

    Emporte au hasard.

    Bernard et Nicole,

    La main dans la main,

    Ont pris de l'école

    Le joli chemin.

    On voit sous les pommes

    Crouler les pommiers.

    Les crayons, les gommes

    Sortent des plumiers.

    Le ciel est morose :

    Il verse des pleurs...

    Mais Rosa la rose

    Est toujours en fleurs.

    Jean-Luc Moreau


    Cadre à personnaliser :


    11 commentaires
  • Les écoliers

    Sur la route couleur de sable,

    En capuchon noir et pointu,

    Le 'moyen', le 'bon', le 'passable'

    Vont à galoches que veux-tu

    Vers leur école intarissable.

     

    Ils ont dans leurs plumiers des gommes

    Et des hannetons du matin,

    Dans leurs poches du pain, des pommes,

    Des billes, ô précieux butin

    Gagné sur d'autres petits hommes.

     

    Ils ont la ruse et la paresse

    Mais l'innocence et la fraîcheur

    Près d'eux les filles ont des tresses

    Et des yeux bleus couleur de fleur,

    Et des vraies fleurs pour leur maîtresse.

     

    Puis les voilà tous à s'asseoir.

    Dans l'école crépie de lune

    On les enferme jusqu'au soir,

    Jusqu'à ce qu'il leur pousse plume

    Pour s'envoler. Après, bonsoir !

    Maurice Fombeure


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique