• Ne croyez pas qu'on aime du soir au lendemain,

    Il faut avoir le cœur pour obtenir la main.

    Jean François Marmontel


    15 commentaires
  • l'Amour, c'est rire

    C'est sourire

    C'est grandir

    C'est s'embellir

    C'est mûrir

    Et vieillir

    Et surtout c'est vivre...

    Nicolas Charlier


    16 commentaires
  • Le dernier rendez-vous

    Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

    Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,

    Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,

    Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants...

     

    Et comme chaque jour je t'aime d'avantage

    - Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain -

    Qu'importeront alors les rides du visage,

    Si les mêmes rosiers parfument le chemin...

     

    C'est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l'âge,

    Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,

    Car vois-tu, chaque jour je t'aime d'avantage :

    Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain ! ...

     

    Nous nous regarderons, assis sous notre treille,

    Avec des yeux remplis des pleurs de nos vingt ans...

    Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

    Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

    Rosemonde Gérard


    18 commentaires
  • Un fond d'écran de la Saint Valentin pour le bureau de votre ordinateur

    Clic sur l'image pour l'agrandir et l'enregistrer.

    Fond Saint Valentin en 1024/768

    Fond Saint Valentin en 1360/768


    19 commentaires
  • Tu n'es pas du tout vertueuse

    Tu n'es pas du tout vertueuse,

    Je ne suis pas du tout jaloux :

    C'est de se la couler heureuse

    Encor le moyen le plus doux.

     

    Vive l'amour et vivent nous !

     

    Tu possèdes et tu pratiques

    Les tours les plus intelligents

    Et les trucs les plus authentiques

    À l'usage des braves gens

     

    Et tu m'as quels soins indulgents !

     

    D'aucuns clabaudent sur ton âge

    Qui n'est plus seize ans ni vingt ans,

    Mais ô ton opulent corsage,

    Tes yeux riants, comme chantants,

     

    Et ô tes baisers épatants !

     

    Sois-moi fidèle si possible

    Et surtout si cela te plaît,

    Mais reste souvent accessible

    À mon désir, humble valet

     

    Content d'un " viens ! " ou d'un soufflet.

     

    " Hein ? passé le temps des prouesses !

    Me disent les sots d'alentour.

    Ça, non, car grâce à tes caresses

    C'est encor, c'est toujours mon tour.

     

    Vivent nous et vive l'amour.

    Paul Verlaine


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique