•  

    Chère, voici le mois de mai...

    Chère, voici le mois de mai,

    Le mois du printemps parfumé

    Qui, sous les branches,

    Fait vibrer des sons inconnus,

    Et couvre les seins demi-nus

    De robes blanches.

     

    Voici la saison des doux nids,

    Le temps où les cieux rajeunis

    Sont tout en flamme,

    Où déjà, tout le long du jour,

    Le doux rossignol de l'amour

    Chante dans l'âme.

    Théodore de Branville  (extraits)


    28 commentaires
  • Mai

    Au mois de mai riche et fertile où tout est beau

    Quand on est amoureux et qu'on est à Paris

    Que les yeux langoureux sont pleins de pierreries

    Sur les quais de la Seine le temps file comme l'eau.

     

    C'est le mois des aveux et des premières scènes

    Où les filles alanguies sont fières d'avoir des seins

    Où les lèvres se cherchent et se frôlent à dessein

    Et comme le cœur est pur toutes les joies sont saines

     

    Comme les tourtereaux se battent pour du pain

    On picore des baisers quand même on n'a plus faim

    En faisant attention de ne pas perdre une miette

     

    Sans penser que l'on sème de l'amour en chemin

    Pour se dire que l'on s'aime sans trop avoir l'air bête

    On pastiche les poètes qui sont de grands enfants.

    Alain Hannecart


    26 commentaires
  • Muguets

    Bouquets blancs

    Des muguets odorants

    Dont l'âme s'évase

    Dans la transparence des vases

     

    Clochettes de fée

    Au son parfait

    Où la note blanche

    Répond au silence

     

    Muguets musiciens

    Aux airs anciens

    Vos couleurs parfumées

    Reviennent m'embaumer.

    Françoise Urban-Menninger


    24 commentaires
  • Chaque année, la nature nous offre le mois de mai pour se faire pardonner février.
    Bill Tammeux

    Fond d'écran 1024/768

    Fond d'écran en 1360/768


    18 commentaires
  • Les oisillons

    Il porte un habit bleu à gros boutons dorés

    C'est lui le mois de mai qui file à toute allure

    Au passage de ses roues dans un bruit de tonnerre

    Crépitent les éclairs, dans son sillage luit

    La poussière des routes et les yeux éblouis

    Des oisillons au nid qui réclament leur mère.

    Alain Hannecart


    30 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique