• Orchidée

    Tu ne peux avoir été créée

    Que par les doigts d'une fée.

    Te ramasser, c'est te profaner,

    Et abîmer ta beauté.

    Cependant si belle à regarder,

    Je ne peux que m'incliner,

    Devant celui qui t'a élevée.

    Orchidée, chère orchidée,

    Quelle fleur plus belle serait mieux parée

    De mille couleurs irisées,

    Aux milliers de saveurs parfumées.

    Oh bien-aimée orchidée,

    Tu me fais rêver.
    André Robin


    12 commentaires
  •  

    Les pavots

    Clairsemés dans la moisson verte,

    Les pavots la vont rougissant

    Comme des piqûres ouvertes

    Au cou d'un animal puissant.

     

    Le vent qui roule son haleine

    Sur le flot onduleux du blé

    Fait haleter toute la plaine

    Comme un bœuf au soc attelé.

     

    Ô vaillante bête, ô nature,

    Sous l'aiguillon qui te torture,

    Voici que le printemps nouveau

     

    Fait perler à ton flanc superbe,

    Au travers de ta toison d'herbe,

    Les gouttes de sang du pavot !

    Armand Silvestre


    21 commentaires
  • J'aime les fleurs

    J'aime la splendeur des fleurs

    La rose ma préférée

    Au parfum si distingué

    M'amène ailleurs au bonheur

     

    Le souffle du vent qui rend

    Les tulipes animées

    Aux robes si raffinées

    Les capte dans son courant

     

    J'ai le désir de cueillir

    Les œillets tout en beauté

    Aux pétales si frisés

    Quel plaisir de les sentir

     

    Sous le soleil au réveil

    Les marguerites ornées

    Aux jupes si rayonnées

    Éveillent mon doux sommeil.

    Claudia Saghieh


    21 commentaires
  •  

    Jonquille

    Jaune en colonie,

    Offrande au printemps,

    N'hésite pas, toi

    Qui passes là, cueille

    Un bouquet d'or, car

    Il est ravissant

    L'éclat des corolles,

    La jupe en trompette

    Et le cœur au vent.

    Louise Dufy


    21 commentaires
  • Coq'licot

    Qu'il est beau ce m'as-tu-vu

    Petit drapeau des talus

    Mais si tu le cueilles...

     

    Qu'elle est fine sa corolle

    Frissonnante au vent frivole

    ...il tourne de l’œil.

     

    Qu'il est fou ce sauvageon

    Frêle et brûlant de passion

    Pour sa favorite...

     

    Qu'il est gai ce galopin

    Poursuivant dans les chemins

    ... une marguerite.

    Louise Dufy


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique