• Nuit d'été

    Voici la nuit ; tout est silence,

    Autour de nous l'ombre s'avance ;

    La vague expire sans effort,

    Et sur son nid l'oiseau s'endort.

    Ô douce nuit, calme et sereine,

    Quand sur mon front ta tiède haleine

    Comme un parfum passe, rêveur,

    Vers l'infini je sens battre mon cœur.

     

    À l'horizon, la lune blanche,

    Solitaire, vers nous se penche,

    Et son rayon mystérieux

    Luit sur l'immensité des cieux.

    Astre divin, quand la nature

    Partout fait taire son murmure,

    Ton disque blanc veille sans bruit,

    Comme un flambeau, dans l'ombre de la nuit.

     

    Voici la nuit ; tout est silence,

    Autour de nous l'ombre s'avance ;

    La vague expire sans effort

    Et sur son nid l'oiseau s'endort.

    Napoléon Legendre


    16 commentaires
  • Paysage d'août

    Aux rayons de l'ardent soleil de thermidor,

    Sous le riche manteau de ses moissons, la plaine

    Semble assoupie, ainsi qu'une génisse pleine

    Que son labeur épuise et fait souffrir encor.

     

    Aucun oiseau dans l'air pesant ne prend l'essor ;

    Seuls, planent ça et là de blancs flocons de laine,

    Un zéphyre léger et doux comme une haleine

    Fait onduler les champs d’orge et de seigle d'or.

     

    Tout se tait, si ce n'est une rauque cigale

    Qui jette, à temps égaux, une note inégale

    Parmi le froissement joyeux des épis mûrs.

     

    Soudain un cri perçant a réveillé l'espace...

    Et sombre avant coureur des orages futurs,

    Noir, au milieu du ciel vermeil, un corbeau passe.

    Armand d'Artois


    18 commentaires
  • Je suis remplie de joie lorsque le jour se lève doucement par dessus le toit du ciel.


    11 commentaires
  • L'été c'est la saison du feu

    C'est l'air tiède et la fraîche aurore.
    Victor Hugo


    16 commentaires
  • Soleils couchants

    Une aube affaiblie

    Verse par les champs

    La mélancolie

    Des soleils couchants.

    La mélancolie

    Berce de doux chants

    Mon coeur qui s'oublie

    Aux soleils couchants.

    Et d'étranges rêves

    Comme des soleils

    Couchants sur les grèves,

    Fantômes vermeils,

    Défilent sans trêves,

    Défilent, pareils

    À des grands soleils

    Couchants sur les grèves.

    Paul Verlaine


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique