• Coeur d'automne

    C'est l'automne morne

    Du coeur ténébreux

    Dans l'ombre sans borne

    Où couvent nuls feux.

     

    C'est la caravane

    Des lents abandons

    Des fleurs qui se fanent

    Sur les guéridons

     

    C'est le temps sonné

    Des moissons perdues

    Qui n'ont pas rendu

    Ce qu'on a donné.

     

    C'est la terre en friche

    Du coeur désolé

    Par l'oubli du riche

    Hier envolé.

     

    C'est l'instant certain

    Des lendemains froids

    Le reflet étroit

    Du miroir éteint.

     

    C'est la saison morte

    Où rien ne répond.

    J'ai fermé ma porte

    Et coupé les ponts.

    Maryse Gevaudan


    12 commentaires
  • L'automne

    A toute autre saison je préfère l'automne ;

    Et je préfère aux chants des arbres pleins de nids

    La lamentation confuse et monotone

    Que rend la harpe d'or des grands chênes jaunis.

     

    Je préfère aux gazons semés de pâquerettes

    Où la source égrenait son collier d'argent vif,

    La clairière déserte où, tristes et discrètes,

    Les feuilles mortes font leur bruit doux et plaintif.

     

    Ici, c'est un grand feu de fougère flétrie

    D'où monte dans le ciel la fumée aux flots bleus,

    Et, comme elle, la vague et lente rêverie

    Du pâtre regardant l'horizon nébuleux

     

    Plus loin, un laboureur, sur la lande muette,

    S'appuie à la charrue, et le soleil couchant

    Détache sur fond d'or la fière silhouette

    Du bouvier et des boeufs arrêtés en plein champ.

     

    L'on se croirait devant un vitrail grandiose,

    Où quelque artiste ancien, saintement inspiré,

    Aurait représenté dans une apothéose

    Le serf et l'attelage, et l'araire sacré...

    F. Fabie


    13 commentaires
  • Soirée d'automne

    A l'ombre d'un grand saule à moitié ombragé

    Et sur l'herbe qui, silencieusement

    Se penche avec langueur aux caresses du vent,

    La nature s'endort des rayons enflammés.

     

    Végétal sylvestre de la saulée vermeille,

    Tel un buisson ardent, la flamme du soleil

    Embrase tes rameaux de son songe doré,

    De ses raies de rubis allume la forêt.

     

    L'astre du jour se cache où finit l'horizon,

    Derrière ce rideau d'or, cette rouge toison,

     

    Alors, il fuit.

    Bientôt, la nuit.


    Valère Du Clair Du Val


    18 commentaires
  • Vent d'automne

    Passe dans les rameaux desséchés, vent d'automne,

    Dans l'ombre, enivre-toi de leur parfum amer ;

    Berce entre les ifs noirs la lune monotone,

    Fais murmurer dans fin la nuit, comme une mer.

     

    Avive dans le ciel les étoiles tremblantes ;

    Disperse follement la poudre du chemin,

    Fais onduler sur les coteaux les herbes lents

    Comme un grand dos soyeux que caresse la main encore.

     

    Tonne, gémis, décrois, murmure, gronde

    Au loin avec ta voix mystérieuse. Meurs

    Renais, déferle ainsi qu'une vague sonore

    Remplis enfin la nuit d'éternelles rumeurs.

    Fernand Gregh


    12 commentaires
  • L'automne

    Quand s'annonce l'automne

    La marmotte marmonne

    Rentre dans sa maison

    Et dit : "C'est la saison

    Où mon lit a du bon

    Dormons."

    Et elle attend le temps

    Du soleil, le printemps

    En dormant.

    Georges Jean

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique