• Automne

    Vois ce fruit, chaque jour plus tiède et plus vermeil,

    Se gonfler doucement aux regards du soleil !

    Sa sève, à chaque instant plus riche et plus féconde,

    L'emplit, on le dirait, de volupté profonde.

     

    Sous les feux d'un soleil invisible et puissant,

    Notre coeur est semblable à ce fruit mûrissant.

    De sucs plus abondants chaque jour il enivre,

    Et, maintenant mûri, il est heureux de vivre.

     

    L'automne vient : le fruit se vide et va tomber,

    Mais sa gaine est vivante et demande à germer.

    L'âge arrive, le coeur se referme en silence,

    Mais, pour l'été promis, il garde sa semence.

    Ondine Valmore


    15 commentaires
  • Automne

    L'été se fait tirer l'oreille

    Dans l'antichambre de septembre,

    Et la forêt déjà s'honore,

    D'un long tapis de haute feuille,

    Frangé de pourpre

    Et tissé d'or,

    Pour pas feutrés en corridor.

    Henri Philibert


    12 commentaires
  • La pomme

    Bel automne

    À moi tes pommes,

    Qui sont rougeaudes comme joues de jeune vierge !

    J'y veux mordre à pleines dents ;

    J'y veux boire à pleines lèvres :

    Bel automne,

    À moi tes pommes

    Pour le pressoir qui les attend !

    J'en veux faire éclater la fine chair

    Entre les mâchoires de fer ;

    J'en veux tirer la liqueur blonde ;

    À grand effort de vis et de levier,

    J'en veux faire jaillir une source de songe !

    Pour défier

    L'ennui de l'hiver et des mois sombres,

    Rien ne vaut une cave pleine et froment au grenier.

     

    Bel automne

    À moi tes pommes !

    Aux glèbes fraîches,

    Mon blé germe :

    Qu'importe le passé ? J'ai semé l'avenir.

    Les feuilles sèches,

    Au gré du vent peuvent courir

    Dans la brume des soirs ternes ;

     

    Si j'ai du cidre

    En mon cellier,

    Il m'est permis d'oublier

    L'angoisse même de vivre,

    L'angoisse de marcher ployé,

    Et d'être si peu, si peu libre !

    Philéas Lebesque


    14 commentaires
  • Automne malade

    Automne malade et adoré

    Tu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies

    Quand il aura neigé dans les vergers

    Pauvre automne ! Meures en blancheur

    Et en richesse de neige et fruits mûrs.

     

    Aux lisières lointaines, les cerfs ont bramé

    Et que j'aime ô saison, que j'aime tes rumeurs

    Les fruits tombant, sans qu'on les cueille

    Le vent et la forêt qui pleurent

    Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille

     

    Les feuilles qu'on foule,

    Un train qui roule

    La vie s'écoule...

    Guillaume Apollinaire


    10 commentaires
  • Je vous souhaite un très bon dimanche automnal !

    Bonne journée !


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique